Saturday, 29 May 2021

Caroline Mercier


a eu bien raison:

  • de se méfier des gens la voulant hospitaliser d'office, car on l'a hospitalisée d'office, en 2017,
  • de mourir plutôt que d'opérer le coeur, car ainsi elle a évité d'être hospitalisée de nouveau.


Si elle a été hospitalisée, ce n'était pas une paranoïe de se sentir persécutée par ceux qui la voulaient hospitaliser, c'était clairvoyance parfaite./HGL

Tuesday, 25 May 2021

Thursday, 20 May 2021

Rattrapage pour Scipion de Salm


Ce journaliste de Rivarol trace l'unité nationale en Palestine depuis la Contre-Croisade et celle des Ashkénases (en omettant d'autres Juifs) des Khazars ...

En fait, les deux ont un rapport avec les "Judéens" (je dirais Juifs, mais bon, il aime les distinguer) d'il y a 2000 ans.

En l'an 70, certes, les Juifs de Palestine étaient largément massacrés par Tite. Mais, justement, les Juifs avaient déjà une diaspora. En plus, ceci ne concerne pas ceux qu'on pouvait peut-être jusqu'alors encore appeler Juifs même s'ils étaient Chrétiens, car l'Église de Jérusalem se réfugie à Pella. Ceci n'est pas le lieu où naquit Alexandre le Grand, mais une version grecisant d'un Péhal, en arabe modern Tabaqat Fahl qui se trouve en Jordanie actuelle.

Je vais d'abord tracer les Palestiniens, surtout les Chrétiens.

Il se trouve que j'ai lu le livre par Stephan Borgehammar ...

How the Holy Cross was Found: From Event to Medieval Legend
AUTHOR : Stephan Borgehammar
http://www.lunduniversity.lu.se/lup/publication/f074f6ea-05ab-4363-943b-e76a2d8c9091


... et que la discussion ne débute pas avec les trois versions de la légende sur Sainte Hélène retrouvant le Sainte Croix, mais un peu avant, et remonte même à l'an 70.

Revenus de Pella, les Chrétiens ont pu constater de leur chagrin que pas seulement Jérusalem était Aelia Capitolina, mais en plus, le Calvaire abritait un temple, à la déesse Vénus. Donc, la continuité des Chrétiens d'origine judéenne (et samarienne et galiléenne) n'est pas rompue. Elle ne finit pas en l'an 70, elle est encore là aux temps de Sainte Hélène. Ce qui est tout ce qui concerne la discussion actuelle, mais ça n'empêche pas que je trouve la thèse convaincante aussi, si l'académie moderne n'avait pas un biais antimiraculeux, on pourrait bien avoir conclu dans l'académie (et je conclue pour ma part dehors elle-même) que les miracles décrits dans les trois versions de la légende ont eu lieu.

Au moins une version décrit sainte Hélène comme interrogeant un Juifs ayant vécu très longtemps et qui connaissait l'endroit exact de la Crucifixion. En voyant les miracles opérés par la croix au milieu (car on trouve trois croix), il se convertit, et il devient évêque de Jérusalem. Qu'on le croit ou pas, ça montre qu'environ 400 on ne s'étonnait pas de voir des Juifs en Palestine devenir Chrétiens (et en 300, avant Constantin et Ponte Milivio, on ne se serait pas étonné du processus inverse, puisque le Judaïsme était "religio licita" et le Christianisme pas encore).

Il se trouve que, pendant une excursion du Catholicisme, non pas aux Protestants (j'avais été Luthérien), mais aux Orthodoxes, je viens de parler avec une fille de diacre, petite-fille de prêtre, qui avait fait des excavations archéologique dans la Terre Sainte. On avait trouvé un monastère et dans le monastère on avait trouvé des inscriptions en araméen, par exemple un Notre Père dans la langue que Jésus a dû prononcer devant les foules en enseignant la prière. Donc, quand le Christianisme était déjà suffisamment légalisé pour qu'on bâtisse des monastères accessibles, des Chrétiens en Palestine étaient encore araméophones.

Il se trouve que j'ai aussi lu ...

The Desert a City: an Introduction to the Study of Egyptian and Palestinian Monasticism under the Christian Empire.
By Derwas J. Chitty. Pp. xvi + 222 + 17 illustrations + 3 maps. Oxford: Blackwell, 1966. 42s.
https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-ecclesiastical-history/article/abs/desert-a-city-an-introduction-to-the-study-of-egyptian-and-palestinian-monasticism-under-the-christian-empire-by-derwas-j-chitty-pp-xvi-222-17-illustrations-3-maps-oxford-blackwell-1966-42s/878EE287A71DA57AAE41D01B7B5CF165


... Derwas Chitty. Or, dans le chapitre sur le monasticisme en Palestine, j'apprends deux choses:

  • pendant l'invasion de Chosroës II, des Chrétiens font des rêves avec un contenu antichrétien, et "retournent" à leur Judaïsme "ancestrale" (Derwas étant anglicane soutient l'identité religieuse entre Juifs rejeteurs de Notre Seigneur et les Juifs de l'Ancien alliance, ceux qui Scipion préfère nommer Judéens), et à la reconquête par l'empéreur Héraclius, ceux qui refusent de se reconvertir en Chrétiens vont en exile avec Chosroës en Perse (bonne piste pour une des origines des Juifs de Perse, non?);
  • pendant l'invasion d'Omar, certains tribus qui soutiennent leurs monastères leur rendent une visite un peu ... tristounette - elles ont été forcées de devenir Musulmans, "mais nous restons vos amis" ...


Alors, des Chrétiens d'origine judéenne, samarienne, galiléenne, il y en a en Palestine:

  • avant l'an 70
  • après l'an 70
  • aux temps de Sainte Hélène
  • aux temps de Chosroës II
  • aux temps d'Omar.


La première croisade était en partie lancée parce que, les Seldjoukides, à différence des administrations arabes avant eux, n'ont pas respecté cette amitié pour le clergé, les monastères, les pèlerins Chrétiens.

Juste récemment, je vois une vidéo que je ne retrouve pas, mais je retrouve la langue dont elle parle:

Christian Palestinian Aramaic
https://en.wikipedia.org/wiki/Christian_Palestinian_Aramaic


Christian Palestinian Aramaic (CPA) was a Western Aramaic dialect used by the Melkite Christian community in Palestine and Transjordan between the fifth and thirteenth centuries.[a] It is preserved in inscriptions, manuscripts (mostly palimpsests, less papyri[3] in the first period) and amulets. All the medieval Western Aramaic dialects are defined by religious community. CPA is closely related to its counterparts, Jewish Palestinian Aramaic (JPA) and Samaritan Aramaic (SA).[4][5][6] CPA shows a specific vocabulary that is often not paralleled in the adjacent Western Aramaic dialects.[4]


Donc, l'araméen palestinien chrétien est très proche de l'araméen palestinien judaïque et de l'araméen samaritain, et en plus il se parle jusqu'en XIIIe siècle.

Donc, les Chrétiens de Palestine ont dû continuer cette continuité déjà évoqué avant dans l'article, et cette langue qui était la leur, s'éteint à l'époque de la Contre-Croisade. Donc, les Palestiniens, Chrétiens comme Musulmans, ont une continuité dans la terre, pas juste de la Contre-Croisade, comme évoqué par Scipion de Salm, mais depuis l'an 70.

Sur les Juifs, une autre fois ou plus tard aujourd'hui.

Hans Georg Lundahl
Paris
lendemain de St. Yves
20.V.2021

Saturday, 15 May 2021

France Closer to Hell?


mail dot com : Tensions rise as Palestinian march aims to defy Paris ban
https://www.mail.com/int/news/europe/10788696-tensions-rise-palestinian-march-aims-to-defy-paris.html


PARIS (AP) — Marches in support of Palestinians in the Gaza Strip were being held Saturday in a dozen French cities, but the focus was on Paris, where riot police got ready as organizers said they would defy a ban on the protest.


Then* the COVID Apartheid:

Le Parisien : Les Français plébiscitent le pass sanitaire. Selon une étude que nous dévoilons en exclusivité, 68% des Français sont favorables à ce que le «certificat vert numérique» soit une condition impérative pour se déplacer au sein de l’Union européenne. Et pour ceux qui auraient déjà été contaminés mais pas vaccinés, voici ce qu'il faut savoir.


My Translation : The French are favourable to a "sanitary passport". According to a study which we reveal with exclusivity[link], 68 % of the French are favourable to making a "digital green certificate" into a mandatory condition for travelling within the European Union[link]. And for those who have already been contaminated but not vaccinated, this is what you need to know [link].

This is not funny. Supporting Zionism to the point of forbidding (on part of police prefect Didier Lallement) support rallies for Palestinians and supporting COVID Apartheid are so close to fulfilling Biblical prophecy of the most dire kind. Don't be fooled to believing the mark of the beast needs a technology not yet on the market so we are safe, or Protestants getting raptured, so we are safe, or involves any longstanding "idolatry" so if you aren't Catholic (for those taking that as idolatry) you are safe. Don't be fooled into believing laying siege on Hebrews who speak Arabic, even if Muslims, is OK, because they don't have the Jewish religion or recent ancestry having it./HGL

* From notifications by Le Parisien, sent to my mail.

Thursday, 13 May 2021

Tuesday, 11 May 2021

Anscombe et C. S. Lewis


Je viens de trouver en Marianne (qu'il m'arrive de lire quand on me le donne) que la philosophie ait trouvé encore une gemme, si je me permets, dans l'enseignement aux lycées. Les prénoms ont comme acronym GEM, ce qui est l'anglais pour la gemme.

Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe, née en Irlande en 1919.*


Ah, comme C. S. Lewis, alors. Bon, il était 21 ans plus vieux qu'elle, né en 1898. Mais lui aussi né en Irlande.

Il semble qu'un homme qui n'a pas de complexe de prôner d'Holbach en lecture de philo ait quand même un problème avec notre gemme.

Qu'elle ait pu refuser l'euthanasie, l'avortement, la contraception, la PMA, qu'elle ait attaqué l'homosexualité et participé à des manifestations devants des cliniques contre l'avortement, voilà qui ne compte pour rien, [s'exclame Michel Onfray.]**


Ou peut-être que ça compte, justement, chez quelqu'un qui veut un peu de contrepoids contre Helvétius?

Il semble que notre gemme ait eu une attitude qui aurait plu à Mgr Gonzi - un évêque ou archévêque de Malte qui soulignait à son temps que c'est un péché mortel de voter socialiste. Comme nous le renseigne Présent du samedi passé (là, j'ai payé).

Combien savent que, que ce soit elle ou que ce soit C. S. Lewis, en grande partie, même combat? Les deux acceptaient que l'existence de Dieu est prouvée ... et différaient un peu dans les détails comment on y procède.*** 1947, C. S. Lewis publie Miracles, les Chandeleurs de 48, il y a un débat entre lui et cette même Anscombe, elle reprimendait un aspect du chapitre III. En 1960, il va republier le livre, il va prendre note de la critique d'Elizabeth Anscombe, mais pour se préciser, pas pour s'admettre en faute. En 1981 (vingt ans avant son propre décès, et dix-huit après celui de C. S. Lewis) elle y revient en disant que C. S. Lewis n'ait pas très bien exploré le concept très crucial d'un "acte de connaissance déterminé seulement par ce qui est connu".

Qu'il y ait ou n'ait pas une compétition entre le fait d'avoir des raisons (grounds) pour sa position et celui d'avoir des causes ayant poussé à ce qu'on la prenne (causes) est la divergence. Elle n'était pas d'accord que le fait d'une cause non-rationnelle soit suffisante pour invalider les raisons. Pour C. S. Lewis, par contre, si une telle cause explique parfaitement pourquoi on ait cette position, il est superflu d'avoir recours aux raisons. Ce qui semble, par contre, reléver un peu de ce que Lewis lui-même nomme autre part "Bulverism". Si Lewis n'aurait pas admis de le commettre, c'est que, pour lui, dans les cas attaqués par les bulvérisants, la cause n'était pas l'explication exhaustive pourquoi on avait la position dès qu'on avait au moins aussi des raisons qu'on pouvait prendre au sérieux.

Hans Georg Lundahl
Paris
Sts. Philippe et Jacques
11.V.2021

Natalis beatorum Philippi et Jacobi Apostolorum. Ex his Philippus, cum omnem fere Scythiam ad Christi fidem convertisset, tandem apud Hierapolim, Asiae civitatem, cruci affixus et lapidibus obrutus, glorioso fine quievit; Jacobus vero, qui et frater Domini legitur et primus Hierosolymorum Episcopus, e pinna Templi praecipitatus, confractis inde cruribus, ac fullonis fuste in cerebro percussus, interiit, ibique, non longe a Templo sepultus est.

* philosophie magazine : G. E. M. Anscombe (1919 - 2001)
https://www.philomag.com/philosophes/g-e-m-anscombe

** Marianne, 13 au 19 sept 2019, p. 65
*** Pour les détails que je vais citer, jusqu'à ma conclusion personnelle, voir:
What Lewis really did to Miracles
A philosophical layman’s attempt to understand the Anscombe affair
Arend Smilde
Journal of Inklings Studies Vol. 1, No. 2, October 2011, pp. 9-24
http://lewisiana.nl/anscombe/

Tuesday, 4 May 2021

Rome en 1857 n'a pas approuvé la position de Sébastien Antoni


Ni en 1864, ni en 1923.* Et Nîmes ne l'a pas approuvé en 1845 non plus.

Laquelle position?

"Adam et Ève n'ont jamais existé comme toi et moi. Les premiers hommes sont bien ceux dont t'a parlé ton maître."


La Chronique du Père Sébastian, Le Pèlerin, Croire, n° 7222, 29 avril 2021.

Les canons 1 - 3, du Décret sur le Péché original, session V du Concile de Trente, 17.VI.1546 sous Pape Paul III parle d'Adam comme d'un homme ayant réellement vécu sur la Terre. Noter, le canon 1 parle d'une perte immédiate de la sainteté et justice originelles. Un péché cumulatif et collectif ne peut pas entraîner la perte immédiate de justice d'un pécheur, pour ça il faut un péché individuel et donc un pécheur individuel.**

Et ce n'est pas non plus chose évidente pour une population primordiale d'avoir trois fils, dont le troisième né l'année 230e (quoique la Vulgate dit 130e, en ça contredite par le Martyrologe romain) de son âge, et en plus de mourrir à l'âge de 930 ans. Et encore d'autres fils et filles.

En disant que le maître d'école a raison, Sébastien Antoni sacralise en plus l'école républicaine, qui, depuis les années sombres de "l'abbé Combes" s'attaque à la langue bretonne, au Royalisme, et au Catholicisme. Bon, elle a pu rectifier vis-à-vis les langues régionales (breton, occitan, basque), mais certes trop peu vis-à-vis la sainte religion et vis-à-vis la politique qui a fait la France.

Mais encore, il comprend très mal l'énoncé évolutionniste. Au lieu de 4 millions, il parle de 4 milliards d'ans - l'une chose comme autre chimère, mais il confond les diverses chimères. Il parle des Australopithèques et des Paranthropes (pas si chimères que ça, même si l'âge qu'on leur attribue est fausse) de l'humanité, tandis que les évolutionnistes les taxent de nos ancêtres et uniquement les nôtres, mais aussi de pas encore humains. On a trouvé un hyoïde d'un Australopithèque, cet os est totalement simien, il y a des croches sur lesquelles dans les singes des sacs d'air sont attachés pour amplifier le volume des cris des singes. On a aussi trouvé l'os hyoïde d'un Néanderthalien, en occurrence, Kebara 2, il est totalement humain dans sa forme, et en plus un scan a montré une structure interne qui témoigne que le muscle attaché a été utilisé de la même manière (car laissant les mêmes traces structurelles) qu'un muscle chez l'homme. Or, le muscle attaché à l'hyoïde est la langue. Le Néanderthalien a parlé, l'Australopithèque ne l'a pas.

Et encore, il n'a pas compris que, quand Marcel parle de "raconter des blagues", c'est que, dans la culture contemporaine séculariste en France, on a fait d'Adam et d'Ève un fonds de blagues. J'ai trouvé sur quora la version "comment Adam et Ève s'envoient-ils des paquets" et je n'ai pas voulu savoir la réponse. Donc, il y a dans ces écoles républicaines, et dans les média qu'elles approuvent pour les jeunes (Spirou Mag, Phosphore, Okapi) des gens qui savent très bien que, une fois que tel corpus de blagues est connu, ses personnages vont passer pour des fictions, comme Ludovic Cruchot ou Sœur Clotilde joués par Louis de Funès et par France Rumilly. Non, en réalité, Adam et Ève ne sont ni des LUdovic Cruchot et Sœur Clotilde, ni des personnages d'une allégorie par un sage du temps du roi David. Ils sont nos premiers parents./HGL

* Pour les années, voir Augustins de l'Assomption sur la wikipédie.
** Je viens de résumer un peu du site anglophone EWTN:
Decree Concerning Original Sin & DECREE CONCERNING REFORM : THE COUNCIL OF TRENT
https://www.ewtn.com/catholicism/library/decree-concerning-original-sin--decree-concerning-reform-1495

Monday, 3 May 2021

Bonum Festum Inventionis Sacroanctae Crucis Dominicae


Christifidelibus lectoribus exopto./HGL

Hierosolymis Inventio sacrosanctae Crucis Dominicae, sub Constantino Imperatore.